Légende
  • Halogènes
  • Métaux alcalino-terreux
  • Actinides
  • Gaz nobles
  • Métaux de transition
  • Autres
  • Métaux alcalins
  • Lanthanides
6
C
Carbone
1
H
Hydrogène
14
Si
Silicium
92
U
Uranium

L’énergie peut-être exploitée directement par l’homme en la récupérant de l’énergie contenue dans le rayonnement (atomes avec énergie nucléaire, lumière), la combustion de molécules énergétiques (charbon, méthane, hydrogène) ou indirectement en transformant une énergie mécanique en énergie électrique (éolien, hydrique, etc.). L’exploitation de ces énergies nécessite souvent le recours à la chimie et à ses solutions.

Afin de pouvoir comparer les différentes énergies entre elles, il est d’usage d’utiliser comme référence le pétrole. Pour chacune des énergies on définit une règle d’équivalence simplifiant les comparaisons, cette règle permet d’établir une unité correspondant à l’énergie contenu dans une tonne de pétrole. On parle alors de ces énergies en tonne équivalent pétrole (tep). Le tableau ci-après présente la règle qui est appliquée pour les principales sources d’énergie.

Houille 1 t = 0,619 tep Électricité selon l’origine
Lignite 1 t = 0,405 tep nucléaire 1 MWh = 0,2606 tep
Gaz naturel géothermie 1 MWh = 0,86 tep
1 MWhPCS = 0,077 tep autre 1 MWh = 0,086 tep
1 m³ = 0,85 10-3 tep Dihydrogène 1 t = 2,86 tep

 

Des données plus détaillées, par sources d’énergie ou vecteurs d’énergie, sont développées dans les chapitres suivants : dihydrogène, gaz naturel, charbon, pétrole, silicium (photovoltaïque), uranium (électricité d’origine nucléaire).

Production d’énergie primaire

en millions de tep
Total Charbon Pétrole Gaz Énergie nucléaire Hydro­électricité Biomasse, déchets Géothermie, solaire, éolien
Monde (2016) 13 760 3 731 4 390 3 035 680 349 1 349 226
Union européenne (2016) 755 132 68 107 217 30 134 46
France (2017) 132 0 0,8 0 104 4,2 20 2,9

Sources : Agence Internationale de l’énergie, Eurostat et Datalab essentiel, Ministère de la transition écologique et solidaire

En 2018, en France la production d’énergie primaire a été de 137,7 millions de tep dont 107,6 d’origine nucléaire.

Par pays, en 2016 : en millions de tep. Monde : 13 760 millions de tep, Union européenne : 755 millions de tep.

en millions de tep
Chine 2 958 Canada 292
États-Unis 2 167 Brésil 281
Inde 863 Iran 246
Russie 732 Indonésie 230
Japon 426 Arabie Saoudite 217

Source : Agence Internationale de l’énergie

Réserves prouvées de combustibles fossiles : fin 2018.

en Gtep
Charbon Pétrole Gaz naturel Total
États-Unis 156,8 7,3 10,2 174,3
Russie 76,6 14,6 33,5 124,7
Chine 89,9 3,5 5,2 98,6
Australie 82,8 0,4 2,1 85,3
Inde 65,9 0,6 1,1 67,6
Iran 21,4 27,4 48,8
Arabie Saoudite 36,6 7,6 44,2
Canada 3,6 27,1 1,6 32,3
Union européenne 32,9 0,6 0,9 34,4
Total monde 596,5 244,1 169,3 1 009,9

Source : BP Statistical Review of World Energy

Consommation d’énergie primaire

En 2018, la consommation d’énergie primaire des principaux pays consommateurs est indiquée ci-après.

en millions de tep
Total Charbon Pétrole Gaz Énergie nucléaire Hydro­électricité Autres énergies renouvelables
Monde 13 865 3 772 4 662 3 309 611 949 561
Union européenne 1 688 222 647 394 187 78 160
Chine 3 273 1 907 641 243 67 272 143
États-Unis 2 301 317 920 703 192 65 104
Inde 809 452 239 50 9 32 27
Russie 721 88 152 391 46 43 0,3
Japon 454 117 182 99 11 18 25
Canada 344 14 110 99 23 88 10
Allemagne 324 66 113 76 17 4 47
Corée du Sud 301 88 129 47 30 1 5
Brésil 298 16 136 31 3 88 24
Iran 286 1 86 194 2 2 0,1
Arabie Saoudite 259 0,1 163 96 0 0 0
France 243 8 79 37 93 14 11

Source : BP Statistical Review of World Energy

Évolution de la consommation d’énergie primaire : en millions de tep, dans le monde et ( ) en France.

1850 400 1975 6 000
(169,3)
1995 8 137
(225)
2015 13 147
(239)
1900 1 100 1980 6 800
(196)
2000 9 179
(269)
2018 13 865
(243)
1950 4 000
(58)
1985 7 200
(193,6)
2005 11 434
(276)
1970 5 000
(151,5)
1992 7 800
(216)
2010 12 002
(252)

 

Consommation finale d’énergie par secteurs d’utilisation : en %, en 2016.

Monde Union européenne États-Unis Chine
Transports 28,8 % 33,2 % 41,1 % 15,1 %
Industries 28,8 % 25,0 % 17,4 % 50,5 %
Usages non énergétiques 9,1 % 8,9 % 9,0 % 8,2 %
Résidentiel et tertiaire 33,3 % 33,1 % 16,3 % 16,5 %
Autres 16,2 % 9,7 %

Source : Agence Internationale de l’énergie

Taux de dépendance énergétique de quelques pays européens, en 2016. Union européenne : 53,6 %

Royaume-Uni 35,3 % Espagne 71,9 %
France 47,1 % Belgique 76,0 %
Allemagne 63,5 % Italie 77,5 %

Source : Eurostat

Électricité

Production brute en 2018, dont ( ) production nette d’origine nucléaire. Monde : 26 615 milliards de kWh (2 701 milliards de kWh), Union européenne : 3 282 milliards de kWh (827 milliards de kWh).

en milliards de kWh
Chine 7 112 (294) Canada 654 (100)
États-Unis 4 461 (850) Allemagne 649 (76)
Inde 1 561 (39) Corée du Sud 594 (133)
Russie 1 111 (204) Brésil 588 (16)
Japon 1 052 (49) France 574 (393)

Sources : BP Statistical Review of World Energy

Dans le monde, 1,5 milliard de personnes ne disposent pas d’électricité.

Consommation d’électricité, par habitant, en 2016. Monde : 3,11 MWh, Union européenne : 6,01 MWh.

en MWh
Islande 53,91 Canada 14,84
Norvège 23,69 Luxembourg 14,27
Bahreïn 19,51 Suède 13,76
Qatar 15,48 Émirats Arabes Unis 13,05
Finlande 15,47 États-Unis 12,83
Koweït 15,28 Taïwan 10,88

Source : Agence Internationale de l’énergie

En France : 7,15 MWh/ha, au Japon : 7,97 MWh/ha, en Allemagne : 6,96 MWh/ha, en Russie : 6,71 MWh/ha, en Chine : 4,28 MWh/ha, en Inde : 0,92 MWh/ha.

Part des diverses sources d’énergie dans la production d’électricité, en 2016.

Énergies fossiles Hydraulique Nucléaire Autres renouvelables
Monde 65,1 % 16,7 % 10,4 % 7,8 %
Union européenne 43,2 % 11,7 % 25,8 % 19,3 %
États-Unis 65,1 % 6,8 % 19,5 % 8,6 %
Chine 71,1 % 19,2 % 3,4 % 6,3 %
Inde 81,2 % 9,3 % 2,6 % 6,9 %
France 8,7 % 11,7 % 72,6 % 7,0 %

Source : Agence Internationale de l’énergie

Dans le monde, la production d’électricité absorbe les 2/3 de la production de charbon.

Déchets : bilan lors de la production de 1 MWh d’électricité.

en kg
Combustible CO2 SO2 NOx Cendres
Charbon (300 kg) 900 6 1,2 à 1,6 15 à 45
Pétrole
(200 kg)
620 12 1 environ 0
Gaz naturel (180 kg) 440 0,4 3 0,05
Uranium (3,6 g) 0 0 0 combustible irradié

 

Aux États-Unis, la production d’électricité est à l’origine de 66 % des émissions de SO2, 39 % des émissions de CO2 et 30 % des émissions d’oxydes d’azote.

Énergies renouvelables

En 2016, 81,1 % de la production mondiale d’énergie est assurée par des combustibles fossiles (charbon, pétrole et gaz naturel) qui sont épuisés 100 000 fois plus vite qu’ils ne se sont formés. Les 14,0 % qui sont assurés par les énergies renouvelables proviennent principalement, à 70,1 % du bois et des déchets, 18,1 % de l’hydroélectricité, 4,1 % des biocarburants, 3,8 % de la géothermie, 3,3 % de l’éolien, 2,5 % du solaire, 1,6 % du biogaz. Dans l’Union européenne, en 2016, la part des énergies renouvelables est de 27,8 %, 20,5 %, en France.

Production d’électricité à partir d’énergie renouvelable.

Monde Union européenne États-Unis France
% d’origine renouvelable par rapport au total de la production en 2016
24,5 % 31,0 % 15,4 % 18,7 %
Part des différentes énergies renouvelables
Hydroélectricité 72,6 % 41,7 % 46,9 % 64,0 %
Biomasse 3,4 % 12,1 % 5,2 % 6,4 %
Géothermie 1,4 % 0,7 % 3,0 % 0
Éolien 16 7 % 33,3 % 31,90% 21,1 %
Solaire 5,9 % 12,2 % 36,9 % 8,0 %
Marine 0,02 % 0,05 % 0 0,5 %

Source : Agence Internationale de l’énergie

L’hydroélectricité

L’écoulement d’un liquide peut fournir une énergie captée par des turbines qui la transforment en électricité.

Productions, en 2018, et ( ) part dans la production d’électricité du pays. Monde : 4 193,1 TWh (15,8 %), Union européenne : 344,8 TWh (10,5 %).

en TWh
Chine 1 202,4 (16,9 %) Inde 139,7 (8,9 %)
Brésil 387,7 (65,9 %) Norvège 138,5 (94,2 %)
Canada 387,3 (59,2 %) Japon 81,0 (7,7 %)
États-Unis 288,7 (6,5 %) Suède 61,9 (37,9 %)
Russie 190,2 (17,1 %) Turquie 59,5 (19,7 %)
Sources : BP Statistical Review of World Energy

L’énergie potentielle renouvelée en altitude est estimée au niveau mondial à un total de 40 000 TWh/an dont 8 700 TWh sont actuellement économiquement exploitables.

Le barrage des 3 gorges, en Chine, sur le Yangzi, a une hauteur de 175 m pour une hauteur de chute brute de 120 m, un volume du réservoir de 39 milliards de m3, pour une puissance de 18 200 MW. Le volume de réservoir le plus important – 169 milliards de m3– est celui du barrage de Bratsk, en Russie, sur la rivière Angara, d’une puissance de 4 600 MW.

Les marées

On évalue la capacité totale d’énergie marémotrice potentielle dans le monde à un milliard de kilowatts, ce qui correspond à une production annuelle d’énergie de 2 à 3 milliards de kWh, soit 10 fois la production totale annuelle d’électricité du Canada. L’installation de ce type la plus importante au monde a longtemps été située en France, avec 0,5 TWh produits, en 2017, par l’usine de la Rance de 240 MW de puissance, construite en 1966. En 30 ans, sa production a été de 16 milliards de kWh. Depuis août 2011, l’installation la plus puissante est située en Corée du Sud avec une usine de 254 MW fermant le lac Sihwa. Autres usines marémotrices : Annapolis (Nlle Écosse, Canada), 20 MW, Jiangxia (Chine), 5 MW, Kislaya Guba (Russie), 0,4 MW.

Le solaire

L’énergie solaire peut être récupérée pour fournir de l’électricité à l’aide de panneaux photovoltaïques ou dans des centrales héliothermodynamiques dans lesquelles l’énergie est produite par concentration des rayons solaires sur des tubes capteurs ou au sommet d’une tour contenant un fluide thermique. Elle peut également être récupérée par des panneaux thermiques chauffant de l’eau (voir également la partie photovoltaïque dans le chapitre silicium).

Installations photovoltaïques, puissance installée, fin 2018 et ( ) fourniture d’électricité, en 2018. Monde : 487 829 MWc (584,6 TWh), Union européenne : 119 377 MWc (127,8 TWh).

en MWc et ( ) en TWh
Chine 175 032 (177,5) Inde 17 873 (21,5)
Japon 55 500 (71,7) Royaume-Uni 13 108 (12,9)
États-Unis 51 450 (97,1) Australie 9 769 (12,1)
Allemagne 45 932 (46,2) France 9 483 (10,2)
Italie 20 126 (23,2) Corée du Sud 7 862 (9,3)
Source : BP Statistical Review of World Energy

Le Watt crête Wc caractérise la puissance d’un panneau photovoltaïque. En moyenne, un Watt crête correspond à la puissance d’une cellule monocristalline d’une surface d’un décimètre carré. La puissance crête représente la puissance délivrée par le panneau au point de puissance maximale (dans le diagramme intensité/tension) et pour une irradiation solaire de 1 000 W/m² (avec un spectre standard) avec une cellule à 25°C.

L’installation photovoltaïque de Moura, au Portugal, a une puissance de 64 MW avec 268 000 panneaux solaires occupant une surface de 250 hectares.

Installations héliothermodynamiques : fin 2017, la puissance installée est de 5,1 GW dont, en 2016, 2 314 MW dans L’Union européenne avec 2 304 MW en Espagne et 1 758 MW en Amérique du Nord, principalement aux États-Unis. La centrale la plus puissante est celle de Ivanpah, dans le désert de Mojave, en Californie, aux États-Unis avec 392 MW fournis par 173 500 miroirs focalisant l’énergie solaire sur 3 tours de 140 m de hauteur. Dans le cas de la centrale de 20 MW de Séville, en Espagne, 1 255 miroirs mobiles (héliostats) de 120 m² chacun, concentrent les rayons solaires au sommet d’une tour de 160 m. Aux États Unis, le fluide thermique utilisé est de l’oxyde de diphényle chauffé à 400°C dans le cas des 9 centrales californiennes de Kramer Junction d’une puissance totale de 354 MW à l’aide de concentrateurs cylindro-paraboliques qui permet de produire de la vapeur puis de l’électricité.
En Espagne, en 2016, la production d’électricité injectée dans le réseau a été de 5 060 GWh.

Installations cumulée de solaire thermique, dans l’Union européenne, fin 2017. Total : 52,1 millions de m² soit une puissance équivalente de 36 448 MWth.

Surface,
en millions de m²
Puissance équivalente,
en MWth
Allemagne
19,1
13 376
Autriche
5,3
3 690
Grèce
4,6
3 217
Italie
4,1
2 835
Espagne
4,0
2 798
France (y compris l’outre mer)
3,1
2 166
Pologne
2,1
1 492

Source : Observ’ER

En Allemagne, Autriche et dans de nombreux pays méditerranéens, le solaire thermique est massivement employé dans la production d’eau chaude.

La géothermie

La géothermie est utilisée pour produire de la chaleur et de l’électricité à partir de la chaleur stockée dans le sol. On distingue :

  • La géothermie très basse énergie : en tout point de la planète, y compris dans les zones de socle cristallin, il est possible de capter et de transformer la chaleur emmagasinée dans les couches superficielles du sous-sol à quelques mètres de profondeur pour le chauffage des habitations au moyen de pompes à chaleur géothermiques.
  • La géothermie basse énergie : des forages exploitent des aquifères situés à quelques milliers de mètres de profondeur en récupérant de l’eau à une température de 50 à 90°C. Cette énergie est destinée à un usage thermique (chauffage de piscines, serres, habitations collectives…).
  • La géothermie moyenne énergie (90 à 150°C) provenant de zones volcaniques est principalement utilisée pour produire de l’électricité à l’aide de centrales à fluide binaire.
  • La géothermie haute énergie : utilise la chaleur (de 150 à 350°C) présente dans des régions dans lesquelles le gradient thermique est important (8 à 10°C par 100 m au lieu de 3°C habituellement). Ces ressources sont présentes dans les régions volcaniques situées à proximité des frontières des plaques lithosphériques : « ceinture de feu » du Pacifique, arc des petites Antilles, arc méditerranéen, grand rift africain. La chaleur est utilisée pour produire de l’électricité à l’aide de turbines.

Puissance électrique d’origine géothermique, installée, fin 2018. Monde : 14 601 MWe, Union européenne : 848 MWe.

en MWe
États-Unis 3 801 Mexique 951
Indonésie 1 946 Italie 767
Philippines 1 928 Islande 753
Turquie 1 283 Kenya 663
Nouvelle Zélande 996 Japon 536
Source : BP Statistical Review of World Energy

En 2017, dans l’Union européenne, la production d’électricité d’origine géothermique est de 6 734 GWh dont 6 201 GWh en Italie.
Une production française est réalisée à Bouillante, en Guadeloupe, avec une puissance installée de 17 MWe et une production, en 2015, de 92 GWh.

Utilisation directe de la chaleur géothermique, hors pompes à chaleur, dans l’Union européenne, en 2017. Total : 1 763 MWth de puissance installée.

en puissance installée en MWth
France 509 Roumanie 88
Allemagne 336 Pologne 64
Hongrie 253 Autriche 60
Italie 160 Suède 44
Pays Bas 142 Danemark 33

Source : Observ’ER

Pompes à chaleur, dans l’Union européenne, fin 2017. Total : 34,425 millions d’unités dont 32,880 millions d’unités de pompes aérothermiques.

en milliers d’unités
Total Pompes aérothermiques Pompes géothermiques
Italie 19 534 19 520 14
France 5 728 5 573 155
Espagne 3 203 3 202 1
Suède 1 662 1 136 526
Allemagne 975 617 358
Finlande 795 684 111

Source : Observ’ER

Incinération des déchets municipaux renouvelables : en 2017, production d’énergie primaire et ( ) production d’électricité. Union européenne : 10 060 ktep (22 179 GWh).

en ktep et ( ) en GWh
Allemagne
3 217 (5 956)
Pays Bas
764 (1 904)
France
1 391 (2 262)
Danemark
468 (884)
Royaume Uni
887 (3 386)
Belgique
375 (972)
Italie
853 (2 384)
Finlande
327 (556)
Suède
779 (1 778)
Espagne
260 (772)

Source : Observ’ER

La biomasse

La biomasse solide (bois, déchets agricoles…) peut être valorisée sous forme d’énergie. Dans le monde, au total, on estime qu’elle représente 72 milliards de tep.

Production d’énergie primaire, à partir de biomasse solide, en 2017, dans l’Union européenne. Total : 95,1 millions de tep.

en millions de tep
Allemagne 12,0 Pologne 6,2
France 10,8 Espagne 5,5
Suède 9,3 Autriche 4,6
Finlande 8,6 Royaume Uni 4,3
Italie 7,8 Roumanie 3,6

Source : Observ’ER

Production brute d’électricité, à partir de biomasse solide, en 2017, dans l’Union européenne. Total : 94,7 TWh.

en TWh
Royaume Uni 20,8 Danemark 4,8
Finlande 10,9 Espagne 4,4
Allemagne 10,7 Italie 4,2
Suède 10,3 Belgique 3,8
Pologne 5,3 Autriche 3,7

Source : Observ’ER

Au total, la biomasse (solide et déchets ménagers) a produit, en 2008, dans le monde : 223,5 TWh d’électricité dont 59,4 TWh aux États Unis, 19,9 TWh au Brésil, 16,0 TWh au Japon, 9,0 TWh au Canada.

Biocarburants

(voir le focus : pétrole) :

Production mondiale : en 2018. Monde : 95 371 ktep, Union européenne : 15 686 ktep.

en ktep
États-Unis 38 088 France 2 727
Brésil 21 375 Argentine 2 726
Indonésie 4 849 Thaïlande 2 119
Allemagne 3 445 Pays Bas 2 099
Chine 3 099 Espagne 1 840
Source : BP Statistical Review of World Energy

Consommation destinée aux transports, en 2017, dans l’Union européenne.

en ktep
Total Bioéthanol Biodiesel Biogaz
Union européenne 15 393 2 779 12 463 150
France 3 335 537 2 798 0
Allemagne 2 615 733 1 843 38
Suède 1 671 989 1 461 111
Espagne 1 370 138 1 231 0
Italie 1 062 33 1 029 0
Royaume Uni 1 020 383 637 0
Pologne 605 176 429 0
Source : Observ’ER

Biogaz

L’énergie est produite par combustion du méthane issu de la décomposition de déchets organiques. Le méthane est soit capté directement dans les décharges ou produit à l’aide de méthaniseurs. Le gaz produit par les décharges est principalement utilisé pour produire de l’électricité. Dans le cas des stations d’épuration, la cogénération (production conjointe d’électricité et de chaleur) est le plus souvent employée. Voir le focus : gaz naturel.

Production d’énergie primaire à partir de biogaz, en 2017, dans l’Union européenne. Total : 16 812 ktep.

en ktep
Allemagne 7 845 Danemark 389
Royaume Uni 2 719 Pays Bas 321
Italie 1 898 Pologne 281
France 900 Espagne 261
République tchèque 608 Autriche 246

Source : Observ’ER

En 2015, la production est destinée à 62 % à la production d’électricité, 27 % à celle de chaleur, 11 % à celle de biométhane injecté dans les réseaux de gaz naturel et au transport. Ce dernier a représenté 0,13 Mtep à comparer aux 14 Mtep fournies par les biocarburants.

Production brute d’électricité à partir de biogaz, en 2017, dans l’Union européenne. Total : 63 411 GWh dont 20 678 GWh dans des centrales électrique seules et 42 733 GWh par des centrales fonctionnant en cogénération.

en GWh
Allemagne 33 879 Pologne 1 096
Italie 8 299 Espagne 941
Royaume Uni 7 722 Belgique 938
République tchèque 2 639 Pays Bas 923
France 2 091 Danemark 686

Source : Observ’ER

L’éolien

L’éolien est une énergie simple à récupérer et l’est depuis longtemps, mais reste assez capricieux, trop de vent oblige de stopper la production au risque d’endommager les installation, pas assez de vent ne permet pas la rotation des pales et l’entrainement des turbines qui produisent l’électricité.

Puissance installée, fin 2018 et ( ) fourniture d’électricité, en 2018. Monde : 564 347 MW (1 270,0 TWh), Union européenne : 180 817 MW (378,8 TWh).

en MW et ( ) en TWh
Chine 184 696 MW (366,0 TWh) Royaume Uni 21 736 MW (57,1 TWh)
États Unis 94 295 MW (277,7 TWh) France 15 108 MW (28,2 TWh)
Allemagne 59 420 MW (111,6 TWh) Brésil 14 401 MW (48,5 TWh)
Inde 35 288 MW (60,3 TWh) Canada 12 816 MW (32,2 TWh)
Espagne 23 436 MW (50,8 TWh) Italie 10 310 MW (17,5 TWh)
Source : BP Statistical Review of World Energy

Au Danemark, en 2018, l’éolien est à l’origine de 45,6 % de l’électricité produite.

Évolution de la puissance éolienne cumulée dans le monde depuis 1996 :

en MW
Année 1996 2000 2005 2007 2009 2011 2013 2016 2019
Puissance éolienne mondiale 6 115 17 684 59 235 94 091 160 084 238 967 319 907 468 989 564 347

Source : BP Statistical Review of World Energy
 

SITUATION FRANÇAISE

En 2017.

Production d’énergie primaire :

en millions de tep
Charbon Pétrole Gaz naturel Électricité hydraulique, éolienne et photovoltaïque Électricité nucléaire ENRt* et déchets Total
0 0,91 0,01 7,29 103,80 20,08 132,09

Source : Datalab essentiel, Ministère de la transition écologique et solidaire
* : Énergies renouvelables thermiques.

Consommation d’énergie primaire :

en millions de tep
Charbon Pétrole Gaz naturel Électricité hydraulique, éolienne et photovoltaïque Électricité nucléaire ENRt* et déchets Total
9,89 72,55 38,49 7,29 103,80 20,80 249,36

Source : Datalab essentiel, Ministère de la transition écologique et solidaire
Commerce extérieur :  pour les divers combustibles ou sources d’énergie.

en millions de tep
Total Charbon, lignite Pétrole et produits pétroliers Gaz naturel Électricité ENRt et déchets
Exportations 31,66 0 20,63 5,42 5,27 0,33
Importations 156,82 10,09 100,71 43,16 1,82 1,05

Source : Datalab essentiel, Ministère de la transition écologique et solidaire

Taux d’indépendance énergétique : 53,0 %.

Facture énergétique : 39 milliards d’euros. Le maximum avait été atteint en 2012 avec 71,760 milliards d’euros

Consommation finale énergétique par secteur, sur un total de 249,36 millions de tep :

en millions de tep
Branche énergie 94,20
Transport 45,36
Résidentiel 40,66
Industrie 26,54
Tertiaire 24,31
Agriculture 4,14
Hors usage énergétique (chimie) 14,15

Source : Datalab essentiel, Ministère de la transition écologique et solidaire

Électricité

Production nette : 538 TWh (TéraWh = 1012 Wh), dans des :

  • Centrales thermiques nucléaires : 379 TWh.
  • Autres centrales thermiques : 69 TWh.
  • Centrales hydrauliques : 55 TWh (voir le chapitre eau).
  • Éolien : 25 TWh.
  • Photovoltaïque : 10 TWh.
  • Marées : 0,5 TWh.
  • Géothermie : 0,004 TWh.

Consommation finale à usage énergétique : 437 TWh.

Commerce extérieur :

  • Exportations : 61 TWh.
  • Importations : 21 TWh.

Échanges transfrontaliers d’électricité, en 2016.

en TWh
Exportations Importations
Allemagne 8,314 2,724
Belgique 4,799 5,208
Espagne 12,128 4,325
Royaume Uni 12,235 1,303
Italie 13,948 1,037
Suisse 8,635 5,306
Luxembourg 1,134

Source : Datalab essentiel, Ministère de la transition écologique et solidaire
La puissance appelée maximale a été de 102,1 GWe, le 8 février 2012, à 19 heures.

Énergies renouvelables

Production primaire

D’énergie renouvelable, sur un total de 25,9 millions de tep.

en millions de tep
Bois 10,1 Biogaz 0,9
Hydraulique, hors pompage 4,3 Solaire photovoltaïque 0,8
Biocarburants 2,6 Autre biomasse solide 0,5
Pompes à chaleur 2,3 Géothermie 0,2
Éolien 2,1 Solaire thermique 0,02
Déchets renouvelables 1,3 Énergie marémotrice 0,05

Source : Datalab essentiel, Ministère de la transition écologique et solidaire
Bois : en 2015, 10 241 ktep, dont 7 574 ktep dans le chauffage individuel, produits à 95 % en chaleur et 5 % en électricité.

Hydraulique : voir ci-dessus.

Biocarburants : le taux d’incorporation dans les carburants a été de 7,0 % pour le biodiesel et de 5,7 % pour le bioéthanol. Le biodiesel est à 94 % sous forme d’esters méthyliques d’huiles végétales (EMHV).

Éolien : la production a été de 25 TWh, avec une puissance installée, fin septembre 2018, de 15,1 GW.

Déchets : 2,9 Mtep produits à 43 % en chaleur et 57 % en électricité. Dans l’Île de la Réunion et en Guadeloupe, la bagasse (tiges broyées de canne à sucre), est brûlée pour produire de l’électricité dans des centrales qui fonctionnent avec du charbon en dehors des périodes (de 3 à 4 mois) de récolte de la canne à sucre. À la Réunion, en 2012, les centrales de Bois-Rouge de 100 MW de puissance et du Gol de 110 MW ont produit 267 GWh. En Guadeloupe, la centrale du Moule, de 64 MW de puissance, a produit 370 GWh en 2011.

Biogaz : 0,9 Mtep produits. Fin septembre 2017, 531 installations fonctionnent avec une puissance de 412 MW.

Solaire : le solaire thermique avec une production de 0,02 Mtep couvre 2,82 millions de m². Pour le photovoltaïque, la production est de 0,8 MWh, avec, fin septembre 2017, une puissance installée de 7 686 MW pour 395 787 installations.

Géothermie : voir le site géothermie-perspectives créé par le BRGM et l’ADEME.

  • Géothermie très basse énergie : l’exploitation des ressources très basse température a commencé très tôt en France, dès 1963, à la Maison de la Radio à Paris, avec la mise en œuvre d’un système de chauffage et de climatisation qui puise l’eau de l’aquifère de l’Albien à 600 m de profondeur à une température de 27°C. L’eau cède 20°C au dispositif énergétique avant d’être rejetée à 7°C. En hiver, cette énergie géothermique est utilisée en appoint d’un chauffage original : un système complexe de pompes à chaleur récupère la chaleur dégagée par les activités des studios. En été, le système est inversé pour le rafraîchissement et la climatisation. De l’autre côté de la Seine, la tour Mirabeau, où se trouve le siège du BRGM, est également chauffée par un forage à l’Albien situé devant l’immeuble.
  • Géothermie basse énergie : dans le Bassin Parisien, 95 % des forages exploitent l’aquifère calcaire du Dogger situé entre 1 600 et 2 000 m. Il s’étend sur plus de 15 000 km² avec des températures variant de 56 à 85°C. Un site géothermique assure, en moyenne, 75 % des besoins énergétiques de 3 500 logements à l’aide de 250 m3/h de fluide géothermal extrait à 70°C et réinjecté à 40°C. Le fluide géothermal du Dogger présente l’inconvénient d’être fortement chargé en sels et gaz dissous (H2S, CO2) ce qui entraîne une corrosion importante de l’acier (0,4 mm/an) des tubes équipant les puits et des dépôts importants de sulfure de fer (5 mm/an). À Chevilly la Rue et L’Haÿ les Roses, le forage offre une température en tête de puits de 72,6°C avec un débit de 560 m3/h.
  • Géothermie haute énergie : une installation, exploitée par la société Géothermie Bouillante (59,73 % Ormat Technologies, 20,36 % BRGM et 19,91 % Caisse des Dépôts et Consignations), alimentant une centrale électrique de 15,5 MW fonctionne à Bouillante, en Guadeloupe : elle pompe l’eau, à 250°C, à 300 m. En 2017, la production d’électricité a été de 112 GWh.

Marées : production de 600 GWh/an (soit 133 000 tep) par l’usine de la Rance mise en service en 1966. Le barrage abrite 24 turbines de 5,3 m de diamètre et de 10 MW/chacun de puissance.

Consommations

Quelques consommations, en 2016 :

  • Consommation d’électricité renouvelable : 7 750 ktep.
  • Consommation d’énergie thermique renouvelable : 15 679 ktep.
  • Consommation de biocarburants : 3 039 ktep, par origine, en milliers de tep :
    • Biodiesel : 2 594
    • Bioéthanol : 445

Carte d’implantation des centrales thermiques non nucléaires et hydrauliques
(d’après un document EDF, que nous remercions)

Pour une mise à jour des centrales d’EDF voir selon ce lien.

Les centrales nucléaires en France : situation en 2019

Bibliographie

×
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies conformément à notre politique de données personnelles. En savoir plus..