Légende
  • Halogènes
  • Métaux alcalino-terreux
  • Actinides
  • Gaz nobles
  • Métaux de transition
  • Autres
  • Métaux alcalins
  • Lanthanides
18
Ar
Argon

Le nom argon vient du grec ancien argós qui s’employait pour désigner quelque chose d’inactif, de paresseux.
Au 18ème siècle, les chimistes pensaient que l’air était composé de seulement deux éléments, l’azote et l’oxygène. Alors quand Henry Cavendish remarqua une différence de densité entre l’azote produit chimiquement et celui extrait de l’air après élimination de l’oxygène, il pensa qu’un autre élément était présent dans l’air. Il faudra cependant attendre 1894 pour qu’il soit découvert par Lord Rayleigh et Sir William Ramsay, physicien et chimiste anglais. Après avoir essayé en vain de faire réagir l’argon avec d’autres composés, ils ont nommé cet élément selon sa capacité à être inactif.

Données physico-chimiques

Données atomiques

Symbole Numéro atomique Masse atomique Configuration électronique Rayon de Van der Waals
Ar 18 39,95 g.mol-1 [Ne] 3s2 3p6 190 pm

Données physiques

Masse volumique Température de fusion Température d’ébullition Température critique Pression critique Température point triple Pression point triple Conductibilité thermique Solubilité dans l’eau
à l’état gazeux : 1,784.10-3 g.cm-3 -189,2°C -185,7°C -122,46°C 4 863 kPa -189,34°C 68,7 kPa 16,48 W.m-1K-1
  • à 0°C : 5,6 cm3/100 g eau
  • à 50°C : 3 cm3/100 g eau

Données thermodynamiques

Argon gazeux :

  • Entropie molaire standard à 298,15 K : S° = 154,732 J.K-1mol-1
  • Capacité thermique molaire sous pression constante à 298,15 K : Cp° = 20,8 J.K-1mol-1
Argon en solution aqueuse :

  • Enthalpie molaire standard de formation à 298,15 K : -12,1 kJ.mol-1
  • Enthalpie libre molaire standard de formation à 298,15 K : 16,3 kJ.mol-1
  • Entropie molaire standard à 298,15 K : S° = 59,4 J.K-1mol-1

Données industrielles

L’argon appartient à la famille des gaz rares qui comprend par ordre de teneur décroissante dans l’atmosphère : l’argon, le néon, l’hélium, le krypton, le xénon et le radon, ce dernier étant radioactif. Ils sont, sauf pour l’hélium et le radon, extraits de l’air. L’argon, avec une teneur dans l’atmosphère de 0,93 % en volume ou 1,29 % en masse, n’est pas rare.

Teneurs de la croûte terrestre et de l’atmosphère en divers gaz :

N2 O2 H2 Ar Ne He Kr Xe Rn
Teneur de la croûte terrestre, en ppm en masse 19

46.104

9.103

4.10-2

7.10-5

3.10-3

1,7.10-10

% en volume dans l’atmosphère terrestre 78,09 20,95 5,0.10-5 0,93 1,8.10-3 5,2.10-4 1,0.10-4 8,0.10-6 6,0.10-18

Fabrication industrielle

Une unité cryogénique de séparation des gaz de l’air produisant plus de 1 000 t/jour de O2, peut produire plus de 50 t/jour d’argon. Un mélange riche en argon (10 %), prélevé dans la colonne basse pression, est envoyé dans une colonne auxiliaire de 150 plateaux théoriques donnant de l’argon pur contenant 1 ppm de dioxygène (voir le chapitre dioxygène). Actuellement, près de 90 % de l’argon contenu dans l’air liquéfié est récupéré.

Production

La production de l’Union européenne est, en 2018, de 1 140 millions de m3. Par pays :

en millions de m3
Allemagne 259 Belgique 75
Pologne 218 Italie 46
Pays Bas 124 Finlande 41
Espagne 76 République tchèque 41
Source : Eurostat

Les productions du Royaume-Uni, de la Suède et de la France sont confidentielles.

Situation française

En 2018 :

La production était de 59 millions de m3 en 2012, depuis elle est confidentielle.
En France, la première production industrielle d’argon date de 1914.

Commerce extérieur :

Les exportations étaient de 7,285 millions de m3 avec comme principaux marchés à :

  • 35 % l’Espagne,
  • 28 % l’Allemagne,
  • 12 % la Tunisie,
  • 9 % le Royaume Uni.

Les importations s’élevaient à 26,943 millions de m3 en provenance principalement à :

  • 41 % de Belgique,
  • 26 % d’Allemagne,
  • 26 % des Pays Bas.

Utilisations

Comme gaz inerte.

  • Gaz de dilution dans l’élaboration de l’acier inoxydable selon le procédé AOD (Argon-Oxygène-Décarburation).
  • Atmosphère protectrice lors des traitements thermiques de métallurgie, lors du soudage des aciers inoxydables, de l’aluminium, du magnésium, du titane
  • Gaz de dégazage et de désulfuration des bains d’acier, en sidérurgie.
  • Gaz vecteur en chromatographie et pour le silane lors de l’élaboration de dépôts de silicium par croissance épitaxique.
  • Gaz de remplissage des lampes à incandescence, des tubes luminescents et fluorescents.
  • Un agent extincteur (Inergen®) à base de 52 % de N2, 40 % de Ar et 8 % de CO2 est utilisé, en remplacement des halons (1301 (CF3Br) et 1211 (CF2BrCl)) dont la production est interdite depuis fin 1993 par le protocole de Montréal. Ces halons étaient utilisés contre les incendies dans l’aviation (moteurs, postes de pilotage), les salles de machines électriques ou électroniques (ordinateurs). En remplacement de ces halons, l’heptafluoropropane (CF3CHFCF3 ou HFC 227) est également utilisé. Par exemple, le porte-avions Charles de Gaulle est protégé par 4,5 t de ce dernier produit.

Bibliographie

  • Encyclopédie des gaz, Elsevier, L’Air Liquide, 1976.
  • Documents et informations des producteurs de gaz de l’air (voir le chapitre dioxygène).

×
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies conformément à notre politique de données personnelles. En savoir plus..